Du jour où j’ai décidé de tenir ce journal de la confinerie je me suis déplacé en permanence avec mon cahier de croquis et j’ai pris des notes sur ce que nous vivions à Trois. Assez vite Anne s’est aussi prise au jeu et m’a fait remarquer un certain nombre de faits…

J’ai essayé de travailler avec deux jours d’avance. Ainsi le jour i je dessinais et publiais le jour i-2. En même temps j’ouvrais dans mon carnet le jour i et je continuais à apporter des éléments au jour i-1. Dans la matinée je reprenais les éléments inscrits pour le jour i-2 et j’essayais de les classer pour obtenir 9 cases.

Cette bonne résolution n’a tenu que le temps du confinement. Pour le déconfinement j’ai eu un grand besoin de reconstruire du sens et donc… de faire un scénario. A la fois par gout et par formation, le plus naturel pour moi a été de parler de ce que je voyais plus que de notre quotidien, une sorte de témoignage de la terrible crise sociale…

Voici ci-dessous quelques exemples de pages.

Brouillon du jour 1
Brouillon du jour 12
Brouillon jour 17
Brouillon du jour 30